Le Champagne Ariston, une histoire de famille et de terroir.

16 Mai, 17 | Actualités

Les grands événements de la vie se célèbrent autour d’un bon repas, mais parfois aussi d’une coupe de Champagne. Fidèle à nos valeurs, nous travaillons depuis 15 années avec la famille Ariston pour vous proposer un Champagne fin, fabriqué dans les règles de l’art, à des prix attractifs. Nous leur avons rendu visite pour découvrir leur domaine et les secrets de fabrication du Champagne.

C’est à Brouillet, au cœur de la vallée de l’Ardre, près de Reims, que se situent les vignes de la famille Ariston. Léguées de mères en filles depuis 4 générations, ce sont aujourd’hui Patricia, Bruno et leur fils Charles-Antoine qui continuent à les faire vivre et produisent le Champagne Ariston, dans le respect d’une certaine tradition.

Des étapes à respecter

Tout commence par les vignes. Elles sont cultivées de façon raisonnée, en enherbement. Tous les ans, les vendanges sont manuelles. Le raisin doit être mur, à point. Il est ensuite trié à la main avant d’être pressé pour garantir un jus de première qualité.  Le « vin de presse » repose une nuit pour que les impuretés se déposent naturellement.

L’étape suivante est la première fermentation.  Le jus de raisin est versé dans une cuve. La fermentation active naturellement les levures naturelles présentes dans le jus de raisin et transforme les sucres en un mélange d’alcool et gaz carbonique. Cette phase dure une quinzaine de jours.

Des arômes et un goût uniques garantis par des années d’expérience

Chaque Champagne est unique. C’est « l’assemblage » qui donne au vin toute sa personnalité. C’est une étape très importante au cours de laquelle Bruno mélange plusieurs vins (issus des productions des années précédentes) afin de trouver le goût recherché. Si un œnologue est présent pour garantir la qualité du Champagne Ariston, c’est Patricia, qui a le dernier le mot durant cette étape décisive.

La troisième fermentation se fait dans la bouteille et dure plusieurs semaines. C’est à ce moment que le gaz carbonique se transforme en bulles ! On en profite pour remuer les bouteilles afin de faciliter le dépôt de déchets organiques. Ces derniers sont gelés afin d’être ôtés par le haut de la bouteille. C’est l’étape du « dégorgement ». On ajoute une dernière fois du sucre afin de proposer une palette de Champagnes qui va du doux au brut.

Notre visite s’est terminée dans la jolie maison familiale et comme il se doit, par une dégustation !

Pin It on Pinterest

Share This