Le coaching à la rescousse de l’insertion.

27 Nov, 17 | Actualités

Les responsables de pôles bénéficient des compétences de Claire, coache bénévole pour l’association LTCPNO.

Quel est ton rôle en tant que bénévole à La Table de Cana ?

Claire : J’interviens en tant que coache, suite à une demande de l’équipe d’encadrant-es. Celle-ci rencontre des problématiques de tensions internes qui freinent son efficacité durant les pics d’activité notamment.

Dans toute relation, on est au moins deux ! Dans les faits, il y en a rarement un qui a 100% raison, et un autre, qui a 100% tort. En réalité, chacun porte sa partie, c’est plutôt du 50/50 !
Donc, à  condition que les personnes soient motivées pour dépasser leurs éventuels freins et qu’elles soient prêtes à changer, le coaching est une vraie ressource. Mon rôle est donc d’accompagner chaque responsable de production sur la problématique qu’il-elle a pointée.  Je l’accompagne ensuite à trouver comment “faire autrement”.

Concrètement, je rencontre les membres de l’équipe encadrante volontaires pour se faire accompagner. C’est forcément une démarche libre ! Pour l’instant, j’ai commencé à l’automne 2016 et j’ai rencontré 2 personnes.

Comment es-tu devenue coache à La Table de Cana de Paris-Gennevilliers ?

« La Table de Cana Paris – Gennevilliers propose un cadre humain accueillant, non jugeant. On apprend un métier, mais c’est avant tout la relation qui répare. »

C : J’ai 15 ans d’expérience professionnelle, dont 12 dans le secteur associatif, en particulier à la Fondation d’Auteuil où j’ai passé 8 années.  Là-bas, je me suis occupée d’une population dite fragile, sur la tranche 15-25 ans, des jeunes en collèges ou lycées professionnels, en situation de décrochage. J’ai beaucoup travaillé sur l’orientation, en faisant le point sur les aptitudes, les compétences de ces jeunes. Et des compétences,  ils en ont toujours !

J’ai aussi dirigé, pendant plusieurs années, des résidences sociales pour adultes. Là, on visait l’insertion par le logement. Donc, toutes ces populations fragiles, je les connais bien.

Quand je suis allée à La Table de Cana à Gennevilliers en juillet 2016, j’ai rencontré les salarié-es et je me suis sentie en familiarité. J’ai longuement parlé avec le gérant Jean-Marie Clément avec qui je partage un certain nombre de valeurs humaines. La Table de Cana Paris – Gennevilliers propose un cadre humain accueillant, non jugeant. On apprend un métier, mais c’est avant tout la relation qui répare. J’adhère totalement à ce projet-là. On sait bien qu’ils ne vont pas tous-tes rester dans le métier de traiteur, mais c’est une étape dans leur vie qui, si tout se passe bien, est un vrai levier vers l’insertion. C’est un vrai tremplin dans la vie.

D’où l’intérêt pour moi d’intervenir en tant que coache. J’aide les personnes qui portent cette mission, qui est une mission difficile, à être mieux avec elles-mêmes et entre elles au service de ce projet d’insertion. Maintenant, je favorise l’insertion de façon indirecte en aidant l’équipe des encadrant-es.

« Cette mission a beaucoup de sens pour moi. Je suis heureuse de pratiquer le coaching à la Table de Cana, service qui reste souvent l’apanage des grandes entreprises. »

Qu’est-ce que ça t’apporte ce bénévolat ?

C : Ce coaching bénévole me permet de travailler avec des personnes qui ont des motivations qui raisonnent avec les miennes et de contribuer, cette fois avec une casquette de coache, à la mission d’insertion de l’entreprise.

Cette mission a beaucoup de sens pour moi. Je suis heureuse de pratiquer le coaching à la Table de Cana, service qui reste souvent l’apanage des grandes entreprises.

 

Pin It on Pinterest

Share This